Charte et engagement
valeurs humaines et environnementales

La fondation de notre Agence de Voyage et Opérateur de Tourisme ne s’est pas résumé à la simple signature de la Charte éthique chez le notaire.

Avec déjà, plusieurs années d’expérience dans le secteur du tourisme en tant que guides et accompagnateurs, nous savions de quoi il en retournait. Posé autour d’une table, nous nous sommes longuement concertés afin de déterminer ce que nous voulions être, pour quelle raison et de quelle façon faire voyager nos clients.

Très vite, nous sommes arrivées à la conclusion qu’il nous fallait mettre en évidence l’importance qu’avait pour nous, la mise en avant de nos valeurs humaines et environnementales au tout premier plan.

Valeurs humaines et environnementales

notre identité

La notion de respect est le pilier principal de notre structure :

  • Respect envers vous
  • Respect envers les populations locales
  • Respect envers l’environnement

Son goût de la culture et son amour pour notre planète, c’est ce que l’équipe de Puka Nina veut vous faire découvrir et partager.

Voyager…

…un rêve qui se respecte

Un voyage avec Puka Nina, c’est un voyage hors des sentiers battus, et ce autant que possible. Bien qu’il soit difficile d’éviter le tourisme de masse à chaque instant, d’autant plus dans les centres touristiques classiques comme le Machupicchu. Nous privilégions les petits groupes de six à douze personnes dans le but d’éviter les effets négatifs du tourisme de masse. Pour l’organisation des grands groupes, nous avons à cœur l’acceptation des participants au respect inconditionnel de notre vison du voyage.

Le but du voyage, n’est donc pas de voyager en tant que voyeur ou colon, mais de partir à la découverte culturelle d’un autre pays et de respecter les peuples qui y vivent. Tous, à notre façon, agents de voyage et touristes, nous devons participer à freiner l’impact négatif du tourisme causé par des agents de voyages et des guides peu conscients de l’impact de la dégradation que peu apporter un tourisme mal géré.

Respect des populations locales

minimiser l’impact sur les populations

Tout objet observé est déformé par son observateur. Il faut donc veiller à ce que cette observation déforme le moins possible l’objet observé, c’est à dire le pays et ses habitants. Il faut dès lors, prendre garde que nos gestes n’aient pas de conséquences néfastes sur la population locale… en d’autres termes que nos gestes n’abîment pas le peuple natif. Il faut donc proscrire tout don d’argent… car l’argent abîme les peuples… Penser que ces peuples aient besoin qu’on leur donne de l’argent sans service rendu de leur part, est un manque de respect envers eux. Quand on leur donne de l’argent, nous les plaçons dans une condition de mendiants on les humilie, on les infériorise…

Donner des bonbons aux enfants ? Il vaut mieux éviter. Imaginez seulement, si des dizaines de touristes comme vous donnaient des sucreries à tous ces enfants… imaginez la dentition de ces jeunes dix ans plus tard, une fois entrés à l’âge adulte. Qui viendra par la suite réparer les dégâts causés ?

Faire un don d’argent en échange de photos peut avoir des conséquences néfastes… Les indigènes en habits typiques n’ont plus que l’idée de promener et montrer leur enfant en bas âge au lieu de les envoyer à l’école…

Donner de l’argent sans réfléchir, ne résout pas forcément les problèmes, il peut même au contraire les aggraver…

 

 

 

Un tourisme le plus équitable possible

un tourisme participatif

Notre vision du tourisme ? Un tourisme équitable et positif qui essaye de tenir compte le moins possible des notions de rentabilité et de concurrence. Il est important et primordial de payer un tarif juste à nos guides et à nos prestataires (hôtels, transporteurs, maisons d’hôtes, etc). Parce que le respect des populations c’est la négation de l’exploitation des peuples. Souvent, on a tendance à oublier quand nous achetons un voyage bon marché, que ce coût moindre viendra forcément se répercuter sur le quotidien des habitants, notamment sur leur qualité de vie…

Aussi, un transporteur, pour lequel on paye un tarif inférieur au seuil de rentabilité est un transporteur qui n’aura pas les fonds suffisants pour effectuer la maintenance de son ou ses véhicules, mettant dans une situation dangereuse la sécurité des voyageurs et de tierces personnes. Les conséquences au niveau du milieu ambiant sont bien évidemment liées au mauvais entretien des véhicules… Des prestataires de transport mal payés contacteront donc des chauffeurs peu qualifiés… De même, un guide mal payé est synonyme de guide non qualifié… un hôtel ou une maison d’hôtes mal payés sont voués à l’échec.

Le tourisme doit être positif, autant pour les voyageurs que pour les habitants du pays. Ils ont eux aussi le droit de participer à un tourisme plus juste et équitable.

Voir la page sur nos actions sociales en partenariat avec Nature Services Peru et les populations locales.